BD – Les couloirs aériens

BD – Les couloirs aériens par Etienne DAVODEAU, JOUB et Christophe HERMENIER
2019 – chez FUTUROPOLIS

https://medias.comixtrip.fr/wp-content/uploads/2019/10/lescouloirsaeriens-1.jpg

Perdre emploi, père et mère la même année, c’est déjà pas franchement rigolo.
Ajoutez à cela que vous passez le cap de la cinquantaine, que votre femme et votre fils ne vous voient que sporadiquement car ils travaillent à quelques milliers de km, que votre fille sort avec un gars qui ne vous revient pas et vous avouerez que tout se conjugue pour vous plomber définitivement le moral…

C’est pourtant ce qui arrive à Yvan…
Il peut heureusement compter sur quelques amis, dont Thierry et Sandra, qui lui prêtent une maison de vacances pour passer l’hiver dans un village reculé de Jura, dans un paysage couvert de neige. Un hiver pour faire le point, au milieu des souvenirs qu’il ressort des caisses de son appartement qu’il a dû quitter et les caisses de la maison de ses parents qu’il a fallu vider car il était vendu.

Heureusement que quand il y a de l’électricité il peut contacter ses amis, sa femme, ses enfants par mail… Et puis faire la connaissance de quelques personnes du cru… Edmond et ses pétards, Marcel et son maître … et puis Julia, la vendeuse…

50 ans, l’âge où on se rend compte qu’on devient le vieux dont on rigolait quand on en avait 20… L’âge de regarder dans le rétro… et de flipper. Au point de faire une connerie ou l’autre.
Heureusement qu’il y a les potes pour tourner le retro dans l’autre sens et aider à voir vers demain, et plus loin encore…

J’ai acheté cette BD car j’apprécie depuis longtemps le travail d’Etienne DAVODEAU et j’ai une confiance aveugle en tout ce qu’il signe. Basé en partie sur une histoire vraie, vécue par un de ses amis (Christophe HERMENIER, co-scénariste)  cette BD m’a comblé. Bien sûr, le fait que ma cinquantaine ne soit pas encore trop entamée (quoique) a joué. De toutes façons je reste plus chevelu que Yvan ;o) Mais je suis touché par toutes les questions qu’il se pose, par les sentiments qui le traversent, à propos de sa jeunesse qui s’éloigne définitivement, de l’état de son couple, de ses enfants qui s’envolent, de ses parents qui partent et qui laissent des objets et des souvenirs, de l’avenir qu’il faut encore assurer…

Je viens de terminer cette BD alors qu’il neige… Mais rassurez-vous, cette mise en condition n’est pas indispensable …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *