T'es con

T’es con

J’ai cherché bien longtemps à percer le mystère
de ton regard profond comme un lagon secret
le génie mystérieux caché sous tes paupières
que ton talent nous révélerait.

Mais y a pas qu’la profondeur qui vous flanque le vertige
le vide aussi parfois peut fasciner les gens
il m’a fallu du temps pour qu’à la fin je pige
que sous ton grand front intelligent

T’es con t’es con t’es con
t'es complètement con
t’es con comme un chien qui chie
con comme un chinchilla
t’es con comme un chicon
T’es con comme un paparazzi
comme un fils à papa
comme un pape au balcon
T’es con comme un bout d’sparadrap
une tresse de walkirie
un moteur de Lada
t’es con comme un air d’opéra
qui dit que des conneries
qu’on comprendra même pas
t’es com plètement con

Tu pourras m’opposer le poids de la génétique
User tous les divans pour changer de caractère
Mais crois mon expérience et ma propre pratique
quand on est con il vaut mieux se taire

Si mon diagnostique abrupt te paralyse
Songe au temps gaspillé sans parler de l’argent
si t’avais dû te farcir quinze ans de psychanalyse
pour ce même constat décourageant

T’es con t’es con t’es con
t’es complètement con
T’es con comme une pelle à gâteau
une fourchette à poisson
un couteau à dessert
t’es con comme un porte-manteau
comme un poêle à charbon au milieu du désert
t’es con comme un bigorneau
une boite de ravioli
500 grammes de pâté
t’es con comme un acteur porno
qu’a bouffé d’l’aïoli juste avant d’répéter
t’es com plètement con

Mais qui suis-je après tout pour lancer cette harangue
et dénoncer ce con sans la moindre pitié
Pour avoir ce p’tit mot incrusté sur la langue
il faut l’être soi-même à moitié

Si t’étais moins constipé des deux hémisphères
au lieu de gueuler partout à la diffamation
tu aurais ricané en me regardant faire
en constatant que cette chanson

C’est con c’est con c’est con
C’est complètement con
C’est con comme la Gare de Lessines
comme un slip de Bucquoy
comme un clip de Le Pen
C’est con comme une pub de lessive
je t’explique pas pourquoi
‘faudrait qu’tu les comprennes
Or t’es con comme une casserole de moules
une moulin à prières
une course de Formule 1
T’es con comme le regard d’une poule
comme une canette de bière un chapeau tyrolien
Con comme un journal sous la pluie
comme une clé à molettes un motard sous Prozac
T’es con j’parle de toi pas de lui
l’écolo bicyclette qui vote Hirochirac
T’es con comme un feuilleton télé
Hélène et les Musclés
J’dois en avoir oublié
T’es con comme un porte-avion
qu’a jamais rien porté et ça c’est vraiment con
Je sais je m’répète
mais t’es con j’peux plus dire le contraire
sans avoir l’air d’un con Plètement con!

-------------------------------------------------------------------
Paroles : Claude Semal
Musiques : Jacques-Ivan Duchesne
Reprise sur le disque : En fanfare
Editions : Sowarex



Previous page: Les petites filles
Page suivante : Spectacles