Lola

Lola

J'pense arrêter de boire avant que Lola ne ferme le bar
Arrêter de tuer mon héros avant la fin de l'histoire
En regardant briller dans la saumure les grffitis blancs du comptoir
Et les seins de Lola comme un reflet lilas dans le marbre noir

Oh ! Lola
Est-ce-que t'entends les bateaux
Dériver dans la nuit blanche
C'est un beau matin pour partir

J'pense arrêter de fuir mes amours comme si c'étaient des bagarres
Un bal désespéré et lumineux dans la diaspora des gares
En regardant filer dans le rétro des noms gravés sur le comptoir
Et le cul de Lola comme un camion au-dessus de ses bas noirs

Oh ! Lola
Est-ce-que t'entends les avions
Dériver dans la nuit blanche
C'est un beau matin pour partir

Toutes les femmes de ma vie pour quelques toujours ou quelques soirs
Sont entrées par hasard en souriant dans ce bar perdu pour s'asseoir
Même la petite fille qui me montrait ses yeux quand j'avais huit ans
Avec la même robe et les cheveux coiffés comme en nous quittant

Oh ! Lola
Est-ce-que t'entends les oiseaux
S'éveiller dans la nuit blanche
C'est un beau matin pour partir

J'pense arrêter de boire avant que Lola ne ferme le bar
En regardant brûler dans la fumée les néons blancs du miroir
Oh ! Lola donne-moi comme un mensonge offert à tous les regards
Un dernier café noir pour les oiseaux... jusqu'à ce soir.

-------------------------------------------------------------------

Paroles : Claude SEMAL
Musiques : Claude SEMAL
Sur le disque : A nos amours !



Previous page: La jeune fille de la friture
Page suivante : Madame Pipi