Le téléphone vert

"Le téléphone vert", écrit dans le cade des "Contes bobos urbains".

Mise en scène de Charlie Degotte, Interprété par Jean-Luc Piraux.

Joué du 7 au 30 décembre 2010 au Théâtre de Poche à Bruxelles.

 

Les contes bobos urbains - Charlie Degotte, Jean-Luc Piraux from Théâtre de Poche on Vimeo.

Commentaire glané sur www.plaisirdoffrir.be :

Le meilleur est décidément pour la fin avec Téléphone vert de Claude Semal.
Avec Charlie Degotte aux commandes et Jean-Luc Piraux à l’interprétation, le texte déjà savoureux prend un relief hilarant.
Le GSM cet engin bruyant, polluant, cancérigène en prend pour son grade. 
Normal d’être en colère après untel engin quand on est chargé d’assurer la promotion de l'écophone, sorte de téléphone à pédalier et moulin à vent.
Inénarrable, mais à mourir de rire, ce petit bijou mérite à lui seul de consacrer une de vos soirées aux Contes Erotico Urbains et Héroïco Urbains au Poche.

Et sur le site du Soir :

De ces quatre petites pièces, on a absolument adoré la dernière : Le téléphone vert de Claude Semal, mis en scène par Charlie Degotte et joué par un formidable Jean-Luc Piraux, autour d'un objet, symbole absolu de notre absurde modernité : le GSM, « petit, moche, bruyant, électronique, polluant, japonais et cancérigène». Avec de croustillantes digressions sur les salles de gym ou les régimes amincissants, le comédien épingle les nuisances de cette tumeur électronique dans un irrésistible jeu clownesque avant de dévoiler une invention révolutionnaire un rien encombrante : l'écophone, croisement fait maison entre l'éolienne, l'ordinateur et le vélo d'intérieur.

Enfourchant l'engin improbable, le comédien tente une démonstration en appelant le ministère des Finances mais le dédale des options multilingues viendra à bout de cet anarchiste des télécommunications. À mourir de rire !


Previous page: Pour le théâtre
Page suivante : Le candidat