Le chemin des dames

Le Chemin des Dames


Il était parti au Front les deux mains dans les poches
En chantant des chansons pour aller casser du Boche
Juste avant les moissons sans s'en préoccuper
"Dans quinze jours tout sera fini, j'en mets ma jambe à couper !"
Mais si à la Guerre de cent Ans coups d'estoc coups de taille
Avant d' perdre son sang il fallait livrer bataille
A la guerre d'aujourd'hui 'faut creuser son terrier
Avant qu'le soldat meure il doit d'abord s'enterrer
Il a tout perdu au Chemin des Dames
Ses amis sa jambe et sa femme
Qu'il soit pendu aux tours de Notre-Dame
S'il creuse un jour de plus dans ce charnier infâme
Il arrive à Verdun sous l'tonnerre la mitraille
Voilà les morts qui dansent et les blessés qui braillent :
Bienvenue aux héros ! 'Faut pas flancher les gars !
Adieu ma fiancée, bonjour la Grosse Bertha.
L'sergent lui crie : Soldat ! 'faut creuser ta tranchée
au moins deux mètres sous terre ! Que les morts puissent marcher !
'l avait pas creusé trois pieds quand l'obus d'quinze est tombé
C'était bien assez profond pour pouvoir les enterrer
Il a tout perdu au Chemin des Dames
Ses amis sa jeunesse et sa femme
Qu'il soit pendu aux tours de Notre-Dame
S'il meurt un jour de plus dans ce charnier infâme

 -----------------------------------------------------
Texte  : Claude Semal
Musique : Michel Arbatz
Spectacle "Rue de la Gaité"



Previous page: Les petites filles
Page suivante : Spectacles