Je m'aime

Je m’aime

Pendant que leur cage baigne au Car-Wash
J’en connais qui se font vidanger
Qui se payent un p’tit quart d’heure d’esclavage
Pour calmer leur fleur d’oranger
Dans les boucheries roses Gare du Nord
On vend des ventres ou des mâchoires
Sorry les filles si je vous fais du tort
Moi j’préfère encore mon mouchoir

Je m’aime je m’aime je m’aime je m’aime
Et j’en suis le premier surpris
Je m’aime je m’aime je m’aime je m’aime
C’est toujours ça de pris

On a tant dit de fausses choses
Crié au vice menacé de sévices
Je redresserai seul la noble cause
De quoi je cause ? De l’amour self-service !
On a tant ragoté de conneries
Que ça donne de l’acnée qu’ça rend sourd
Je serais bétonné au papier d’émeri
Depuis le temps que je me fais l’amour

Dès que j’astique ma lampe d’Aladin
‘Y a mon ciné-club qui s’allume
Avec des culs comme des jardins
Avec des fruits comme des légumes
Bien qu’exceptionnellement ma règle
Soit transgressée pour vos amies
Je préfère m’amuser comme un aigle
Que me coucher sur n’importe qui

Je m’aime je m’aime je m’aime je m’aime
Comme un voyou un malapris
Je m’aime je m’aime je m’aime je m’aime
C’est toujours ça de pris

Se faire du bien ne fait de mal à personne
Qu’on ne vienne pas me raconter de salades
C’est le seul vrai plaisir des nonnes
Des vieux des enfants des malades
Mais comme les nymphos les dragueurs
Me reprocheront mon prosélytisme
Je précise ici que même à plusieurs
L’amour est doux à l’organisme

Je m’aime je m’aime je m’aime je m’aime
Je m’aime à m’arracher le nombril
Je m’aime je m’aime je m’aime je m’aime
C’est toujours ça de pris

-------------------------------------------------------------------

Paroles : Claude Semal
Musiques : Claude Semal
Reprise sur le disque : Nu


Previous page: Le frais fruit mûr
Page suivante : Je pète au lit