Au café de l'univers

Au Café de l’Univers

Puis qu’il faut partir un soir
Herbe coupée, fleur de givre
Changer de lit, de trottoir
Ranger la nappe et les livres
Au Café de l’Univers
Je laisserai sur la table
Mes mots dans un revolver
Continuez le spectacle !

Puisqu’il faut partir un soir
Changer de pompes et de bière
La monnaie sur le comptoir
Les bijoux dans la glacière
Au Café de l’Univers
Faites jouer à l’orchestre
Un lied de Brecht et Eisler
Un œillet rouge à la veste

Commandez sur de la glace
Sang d’ours et lutte de classes
Ce cocktail d’herbes et d’amour
Et buvez-le à ma place
Un grand verre d’eau de rivière
Un jus bien frais de justice
Avec deux doigts de colère
Et la bouche d’une actrice

Puisqu’il faut partir un soir
Aveugle en pleine lumière
Sans même pouvoir s’asseoir
Pour draguer les infirmières
Au Café de l’Univers
Sous les flacons du retable
Faites une java d’enfer
Et puis dansez sur la table

Puisqu’il faut partir un jour
Entre les jambes des arbres
Fendu comme un vieux tambour
Le cœur tout nu sur le marbre
Au Café de l’Univers
Faites jouer à l’orchestre
Toutes les jam’s du Travers
Kosma Prévert et le reste

Puisqu’il faut partir un jour
Par la porte ou la fenêtre
Pour ce voyage au long cours
Au pays d’avant de naître
Au Café de l’Univers
Voici ma chaise et ma table
Mes mots dans un revolver
Continuez le spectacle !

----------------------------------------------------
Paroles et musique : Claude Semal



Previous page: A la mer
Page suivante : Comme en Belgique